L'éditorial de Jacques Lavergne (Cliquez)


22 novembre 2022

L'Editorial du 22 Novembre 2022 

PANEM ET CIRCENSES

Et c’est parti pour une compétition de foot dont l’on va nous rabattre les oreilles pendant des jours et des jours en occultant les dramatiques - voire humainement scandaleuses - conditions passées et présentes dans laquelle elle se déroule.

Que des gens se passionnent pour ce sport quoi de plus normal. Que certains aient envie et besoin de se détendre, d’oublier temporairement un quotidien difficile, on le comprend sans peine , il n’y a rien là de critiquable en soi.

Mais il y a des limites que l’on doit s’imposer même et surtout dans le registre du plaisir, notion fondamentale mais absolument pas vitale. Des frontières que la cohérence, la responsabilité, la décence, le respect de la vie humaine nous interdisent de franchir.

« Non, un homme ça s’empêche. Voilà ce que c’est un homme, ou sinon... »

Albert CAMUS, Le premier homme.

L’organisation de cette compétition a été confiée au Qatar dans des conditions qui font planer un fort soupçon de corruption. A telle enseigne que le Parquet National Financier a diligenté une enquête au cours de laquelle ont été entendu, entre autres, messieurs Platini et Sarkozy….

La construction des équipements nécessaires à ce type d’événement a été réalisée dans des circonstances telles que des milliers de travailleurs émigrés, au statut d’esclave moderne, ont trouvé la mort sur ces chantiers ; autrement dit, on va jouer au foot sur un ossuaire. Et les droits des survivants, notamment en matière de rémunération, de couverture de santé, de vie quotidienne, posent questions.

Le pays hôte est parfaitement connu pour sa considérable propension à bafouer l’ensemble des droits sociaux, à poursuivre et punir durement l’homosexualité. Quant aux Droits de l’Homme, cette notion lui est inconnue, le mépris humain semble lui être plus habituel.

Le bilan carbone de ce mondial s’annonce d’ores et déjà catastrophique puisqu’on l’estime les rejets qu’il va provoquer à 3,6 millions de tonnes, et même 6 millions de tonnes selon l’ONG Greenly. A titre de comparaison, les émissions d’une ville importante comme Bordeaux sont de 0,7 millions pour une année entière ! Encore une compétition climaticide à l’instar de quelques autres, moult exemples en ont été donnés ces dernières années. Nous sommes dans une totale hérésie écologique au moment même où beaucoup sur cette planète cherchent des solutions pour éviter la catastrophe dans laquelle nous risquons tous de sombrer.

Comment peut-on sérieusement, raisonnablement, en conscience, faire abstraction de ce qui précède ?

Comment déconnecter le sport de ces réalités comme l’a proposé notre Président de la République, décidemment toujours aussi mal inspiré ? (Mais il est vrai que la Qatar est le 2ème exportateur de gaz au monde…). A l’évidence tous les politiques ne sont pas capables de sentiments élevés et de hauteur de vue !

Comment peut-on participer à ce type d’événement soit physiquement en se rendant sur place, soit même en toute sérénité par le truchement de retransmissions télévisées ?

L’espèce humaine est aujourd’hui sur une mauvaise pente dans bien des domaines. Si elle ne se reprend pas rapidement, nous risquons fort de connaître le pire : il est en germe dans beaucoup d’événements qui secouent aujourd’hui notre pauvre Terre !

Edito / Esprit Occitanie / 21-11-22 / JL

Tous les éditoriaux : Tous les éditoriaux

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article